Malicorne a peuplé mon enfance de rêve et de douceur avec ses sons intenses... Paroles de trois chansons à réapprendre :

Marion s'y promène le long de son jardin
le long de son jardin sur les bords de la France
le long de son jardin sur les bords de l'eau

aperçoit une barque de trente matelots
de trente matelots sur les bords de la France
de trente matelots sur les bords de l'eau


le plus jeune des trente chantait une chanson
chantait une chanson sur les bords de la France
chantait une chanson sur les bords de l'eau

la chanson que tu chantes je voudrais la savoir
je voudrais la savoir sur les bords de la France
je voudrais la savoir sur les bords de l'eau

montez dedans ma barque je vous l'apprenderai
je vous l'apprenderai sur les bords de la France
je vous l'apprenderai sur les bords de l'eau

ont fait cent lieues de barque sans rire et sans parler
sans rire et sans parler sur les bords de la France
sans rire et sans parler sur les bords de l'eau

aprés cent lieues de course la belle s'mit à pleurer
la belle s'mit à pleurer sur les bords de la France
la belle s'mit à pleurer sur les bords de l'eau

qu'avez-vous donc la belle qu'a-vous à tant pleurer ?
qu'a-vous à tant pleurer sur les bords de la France
qu'a-vous à tant pleurer sur les bords de l'eau

j'entends j'entends ma mère m'appeler pour coucher
m'appeler pour coucher sur les bords de la France
m'appeler pour coucher sur les bords de l'eau

ne pleurez pas la belle chez nous, vous coucherez
chez nous vous coucherez sur les bords de la France
chez nous vous coucherez sur les bords de l'eau

quand elle fut dans la chambre son lacet à nouer
son lacet à nouer sur les bords de la France
son lacet à nouer sur les bords de l'eau

mon épée sur la table belle pourra le couper
belle pourra le couper sur les bords de la France
belle pourra le couper sur les bords de l'eau

la belle a pris l'épée, au coeur se l'est plongée
au coeur se l'est plongée sur les bords de la France
au coeur se l'est plongée sur les bords de l'eau

la prends dans sa main blanche dans la mer l'a jetée
dans la mer l'a jetée sur les bords de la France
dans la mer l'a jetée sur les bords de l'eau

Ici encore, je suis étonnée de cette issue. Sur la cassette que nous écoutions enfants, les paroles des dernières strophes nous étaient toujours incompréhensibles, oh là-là ! C'est donc ben triste alors. Mais c'est beau quand-même...

En voici un autre que j'ai toujours adorée : (le mariage anglais)

(Snif trop beau !)

Pour finir, "Le garcon jardinier"

Où allez-vous donc la belle, avant soleil levé (x2)

Je m'en vais à la messe, l'avez-vous entendu sonner ?

Beau garçon jardinier

Attendez-moi la Belle, je vous y conduirai (x2)

La prend par sa main blanche, au jardin il l'a emmenée

A l'ombre du rosier

Cueillez, cueillez la belle la fleur que vous voudrez (x2)

La belle a pris la rose et puis elle s'est mise à pleurer

A l'ombre du rosier

Qu'a-vous, qu'a-vous la Belle, qu'a-vous à tant pleurer ? (2)

Je pleure mon coeur volage, galant que vous m'avez volé

A l'ombre du rosier

Pleurez donc pas la belle, je vous le rendrai (x2)

Ce n'est pas une chose à rendre, galant comme de l'argent prêté

A l'ombre du rosier

Hé hé hé hé... avec tout ça donc, faut pas s'étonner que j'sois dev'nue une tite rêveuse pouète hein. Franch'ment.

C'était la fille d'un roi français

Que l'on marie à un anglais

" O mes chers frères, empêchez de m'emmener

J'aimerais mieux soldat français que roi anglais"

Et quand ce vint pour l'épouser

Dedans Paris fallut passer :

Il n'y a  Dames de Paris qui ne pleurait

De voir passer la fille du roi à un anglais

 

Et quand ce vint pour embarquer

Les yeux lui a voulu bander :

" Bande les tiens, laisse les miens maudit anglais

Car j'ai la mer à traverser, je la verrai"

 

Et quand ce vint pour débarquer

Tambours, violons de tous côtés :

"Retirez-vous, tambouriniers et violoniers !

Car j'aime mieux le son du hautbois du roi français."

 

Et quand ce vint pour le souper,

Du pain lui a voulu couper :

"Coupe le tien, laisse le mien maudit anglais !

Car j'ai des gens de mon pays pour me nourrir"

 

Et quand ce vint pour le coucher

L'anglais voulut la déchausser :

"Déchausse-toi et laisse moi maudit anglais !

Car j'ai des gens de mon pays pour me servir".

 

Et quand ce vint vers la minuit

L'anglais ne faisait que pleurer !

..."Retourne-toi, embrasse-moi mon cher anglais,

Puisque nos pères nous ont mariés il faut s'aimer"